entre littérature, musique et agriculture, laetitia beaumel se taille un petit cocon de pluie, de plume et de son d’où guetter en secret la naissance de son 1001e projet. en attendant, il y a l’écriture du corps, la perte et le sauvage. Les variations infimes de québec sous sa langue en devenir.
 

 

crédit photo pierre barrellon